mardi 11 juin 2019

49 ans, femme, hypersensible, qui passe beaucoup de temps à procrastiner 😉

Dans ma vie d'adulte j'ai toujours été plus qu'active, on peut même dire hyperactive : travailler était un point d'honneur en quelque sorte et cela impliquait de remplir un immense espace dans ma vie par beaucoup de temps passé au travail.


Pourtant dans mes souvenirs d'enfant, j'étais plutôt tranquille et rêveuse.
Je jouais, je me racontais des histoires que je mettais en action avec mes poupées ou dans "mes jeux de rôles", je papotais avec les animaux, je grignotais devant la TV, ... 
Je détestais me lever le matin, sauf quand c'était pour faire des trucs hors du commun : aller faire du cheval, partir en vacances, aller voir des amis, voir les cadeaux le matin de noël, ...
Tous les matins, j'étais en retard pour prendre le bus, et tous les jours le chauffeur me disait qu'il ne m'attendrait pas le matin suivant...
Je suis quand même allée tout les jours à l'école...😊

Depuis presque 2 ans, je ne travaille plus que très épisodiquement...
J'ai choisi d'aller explorer en moi ce conditionnement social qu'est le fait de travailler.
Ce rapport au "travail"est un des conditionnements qui nous gouverne le plus fortement : 
Est-ce que j'existe socialement si je n'ai pas un métier bien défini? 

Depuis maintenant 5 ans, je ne travaille plus dans un système où je devais être à 8h au travail. 

J'ai déménagé il y a presque 2 ans et en théorie je dois reconstruire mon activité professionnelle dans cette nouvelle région.

Mais en fait je remet beaucoup au lendemain : Pourquoi?

En réalité j'ai envie de prendre le temps de savoir ce qui me plait vraiment, ce qui m'anime, ce qui me fait vibrer et me met en joie!!!
Ben vous savez quoi, cela a pris toutes ces années de ralentissement pour que je commence à peine à ne pas trop culpabiliser de ne pas me lever tous les jours à 7h du matin, alors que je suis en âge de travailler encore!

Mon Dieu mais qu'avons nous fait?! 

Nous sommes devenus des robots qui fournissent l'énergie à un système qui se nourrit de nous.

Et quand on veut lâcher l'affaire, combien on doit se justifier!!!

Le pire c'est que c'est moi avec moi même : Personne ne me le demande!!! 
Mais ça s'infiltre partout : savoir par exemple que mon frère court partout toute la journée alors que moi je passe mon temps à regarder des séries ou des conférences sur le web.

Mais aujourd'hui bien qu'ayant des tonnes de compétences sous le capot, j'ai donc beaucoup de temps pour moi, ce qui est parfait pour me confronter à mes mécanismes, mes résistances, mes croyances limitantes, et entre tout ceci avoir un temps fou pour remettre les choses à faire à plus tard...

C'est peut être pour cela que nous remplissons autant nos plannings!!! 
Dans le feu de l'action tu peux en mettre tellement dans ton planning que tu arrives à tout faire, mais quand tu arrêtes tu es face à toi, et tu vois les profondeurs abyssales que tu remplies avec toute cette hyper activité!!!

Je me demande comment c'est possible d'avoir tenté de combler autant pendant toute ces années?
Comment c'est possible d'avoir couru comme le lapin dans Alice au Pays des merveilles : "je n'ai pas le temps, je suis en retard,..."?


J'ai donc une question :
Alors que je crois procrastiner aujourd'hui parce que je remets des choses à faire au lendemain, est-ce qu'en réalité en remplissant totalement mon planning, je ne procrastinais pas bien plus?
Est-ce que je ne procrastinais pas avec l'essentiel : 
Passer du temps avec ma famille? 
Partager avec mes amis? 
Faire ce qui me fait du bien? 
Comprendre qui je suis?
Trouver l'étincelle de vie en moi qui fait qu'on ne fait plus les choses pour combler mais pour Rayonner son Être?


Chronique d'une amie des étoiles au coeur plein d'amour, guidée sur des chemins inconnus par des pas parfois hasardeux mais authentiques ... 
🙏💖✨


lundi 10 juin 2019

49 ans, femme, hypersensible, souvent paumée sur les chemins de la vie, 😉

En réalité ce titre pourrait en lui même être la chronique toute entière...

Pourquoi?
Parce qu'en ce monde ne faut-il pas être défini selon des critères pour exister?
Parce qu'en ce monde n'es-tu pas avant tout défini par ces critères et par tout un tas de classifications : un état civil, un métier, une nationalité, un genre sexuel, un type de sexualité, parfois une religion, ta couleur de cheveux, ta couleur de peau, ta classe sociale, tes diplômes, ton bord politique, ton niveau de vie, la marque de ta voiture, la marque de ton téléphone, celle de tes chaussures, si tu manges bio, pas bio, si tu es carnivore ou végan, si tu es parisien ou provincial, spirituel ou matérialiste, etc., etc., etc.

Sans tout cela tu n'es rien!!! 


Hein??? Quoi???


Oui, tu n'es rien!!!  

Tu es juste une femme ou un homme, tu vis sur cette planète, la Terre, tu as des sentiments, des émotions, des envies, des rêves, des tas de choses à partager, à exprimer, des savoirs être, parfois des savoirs acquis, mais tu n'es rien!!!!

ETRANGE NON ???


Et si tu ne voulais rien faire!!! Et si tu voulais juste être et partager du bon temps et rayonner ce qui palpite en toi et que le plus important c'était de boire des cafés avec les amis, et de dire à tous ceux que tu croises que seul l'Amour est important...


Hein??? Quoi???


Mais ça va pas la tête !!!!


Alors je me présente :


Je suis Martine, née sous le nom de Derroja. 
Je suis une fille, je vis en couple et j'ai été mariée, donc à ce moment là mon nom de famille était différent ...
Oui parce que lorsque tu es mariée, tu changes de nom de famille ...
Enfin si tu es une femme...
Car oui l'homme, lui ne change pas de nom...

ETRANGE NON ???


Donc je suis une femme : Oui parce qu'à 49 ans, tu peux plus dire que tu es une fille, bien que ton genre soit féminin...et que dans ta tête tu n'as pas dépassé l'âge mental de 10 ans et dans certaines circonstances celui de 20 ans...


Hein??? Quoi???


Parce que tu as mûri et que lorsque tu mûris tu n'es plus une fille mais une femme...

Ensuite plus tu avances dans l'âge, plus il y a des nuances : femme, femme d'âge mûr, dame, vieille dame.

Une poire, elle, lorsqu'elle mûrit, elle ne change pas de nom, c'est toujours une poire : elle devient meilleure au goût parce qu'avant d'être mûre elle était dure et sans jus sucré... alors qu'une fois mûre, elle devient pulpeuse à souhait!!!


Toi, quand tu es une fille et que tu mûris, ce n'est pas la même histoire : 

tu deviens une femme d'âge mûr!!! 
Ça veut aussi souvent dire que tu deviens pulpeuse parce que oui avec l'âge qui avance vient aussi souvent le poids qui augmente en cadeau (ce sera le sujet d'une autre chronique...)
Donc tu prends une forme de poire et ça c'est moins cool selon les critères de notre époque!!!

Et oui parce qu'il y a eu des époques dans l'histoire endenta lesquelles avoir des formes pulpeuses similaires à celle d'une poire faisaient de toi une denrée rare pour ceux qui s'en délectaient...
Donc à notre époque tu n'es plus bonne à grand chose...

Hein??? Quoi???


Et c'est moi qui ne vais pas bien dans ma tête???


Bref, je m'égare...


J'en étais à des critères qui te définissent sur terre, enfin en tous les cas dans mon pays qui est la France ...


Donc y'a ton genre : Homme, Femme, Transgenre 

Ce dernier est un nouveau genre qui apparait au grand jour : t'es encore plus paumé que moi, mais ce dès que t'arrive sur terre. Parce que t'as un corps avec des attribues sexuels d'un genre mais dans ta tête tu fais parti de l'autre genre!!! 

Hein??? Quoi???


Là je n'ose même pas imaginer le bazar...parce que si tu te sens jugée en tant que femme, qu'est ce que cela doit être quand tu veux changer de sexe parce que ton être n'a pas atterri dans le bon corps...

Alors tu voulais faire une expérience de femme et tu te retrouve homme... Oups!!!

ETRANGE NON??? 

Et là quand je dis "étrange",  je veux encore parler du jugement vis à vis de cette situation...

Y'a aussi ton nom de famille : non là, je n'ose même pas aller sur ce terrain de jeux...

Oui parce que selon le nom de famille que tu portes, toutes les portes ne vont pas s'ouvrir de façon égalitaire...

Hein??? Quoi???


Oui ça s'appelle la discrimination...


Et là c'est comme pour les femmes, selon ton origine nationale c'est plus ou moins compliqué pour rentrer dans les cases socialement correctes...

Alors si tu cumules : être une femme, porter un nom socialement discriminant, être d'âge mûr ... 
Haïe!!! Là autant te dire que t'es mal barrée!!! 
Oui je sais, je fais preuve d'esprit critique...dit "mauvais esprit"...😏

ETRANGE NON???


Ensuite pour rentrer dans les cases il faut avoir un métier. 

Ok mais en plus M'sieur, M'dame, y'a des métiers qui valent plus que d'autres...et je ne parle pas qu'en tant que rémunération...

Hein??? Quoi???


Oui si t'es dentiste ou ministre ou avocat tu as un peu plus de valeur socialement parlant, que si tu es éboueur ou agriculteur ou caissière...
Oui ta valeur n'est pas la même...

ETRANGE NON??? 

Bon aller je vais pas vous souler plus... Vous avez compris....


Alors pourquoi avons-nous besoin d'autant de critères pour nous définir?

Avons-nous tellement peur du vide?


Et si nous étions un vide qui se remplie sans cesse, indéfiniment?

Si l'on n'avait pas besoin que ce vide soit rempli par des critères extérieurs pour être?

Et si nous étions un plein qui se déverse et se régénère d'instant en instant?


Et si se donner l'occasion de vivre de cette façon pouvait permettre de se rencontrer vraiment?


Chronique d'une amie des étoiles au coeur plein d'amour, guidée sur des chemins inconnus par des pas parfois hasardeux mais authentiques ... 
🙏💖✨